CarréRotondes
MUSIQUE
CarréRotondes
ARTS DE LA SCÈNE
CarréRotondes
ARTS VISUELS
CarréRotondes
CIRQUE
CarréRotondes
WORKSHOPS
CarréRotondes
SOCIOCULTUREL
CarréRotondes
MARCHÉS
Les Rotondes proposent des manifestations dans les domaines des arts de la scène, des musiques actuelles et des arts visuels, ainsi qu’une offre importante de conférences, de projets participatifs et d’ateliers pour tous les âges. Défricheuses de nouveaux talents dans les domaines précités, ce lieu unique accorde une place importante aux jeunes, autant comme participants que comme public, et fait figure de centre d’expertise et d’incubateur d’initiatives nouvelles dans l’interface entre la culture et l’éducation ainsi que dans le milieu socioculturel.
 
Toggle intro
CONGÉS ANNULÉS

White Fence

Drag City (US)

Cosmic Dancer (DJ set)
Mer 12.8.15 / 20:00
pyschedelic garage rock

Klub

FR Derrière le garage rock lo-fi et psychédélique de White Fence, on retrouve Tim Presley, véritable stakhanoviste quand on sait le déluge de disques que le grand Monsieur arrive à caler en une année. Le tout enregistré dans sa chambre, avec le confort que cela implique. Mais, Presley y tient, à son studio de fortune. Il lui faut la bricole, la saturation, la débrouille, ce qui entoure chaque sortie d'un émerveillement renouvelé, comme quelque chose qui tient du miracle. Son public, des petits troupeaux éparpillés ci et là à travers le globe, le suit religieusement d'album en album. Le support: vinyle et cassette, de préférence. Le premier album (White Fence) sort en 2010 sur Woodsist. L'année d'après paraît le second opus, suivi d'un enregistrement «live» (Live in L.A.) chez Teenage Teardrops, et un maxi pour (Harness / The Pool) pour Afterlife Records. En 2012, il enregistre davantage, l'inspiration ayant du mal à vraiment le laisser dormir.

Avance rapide : en 2014 sort For The Recently Found Innocent, le 5e album, qui marque également la seconde collaboration avec Ty Segall, après l'album Hair (2012). C'est aussi le premier album à être enregistré en dehors de sa chambre. Mais, même en studio, quand  les deux s’y collent, cela sonne comme si l’enregistrement avait eu lieu dans une cave (en bien). Également présents sur ce disque, Nick Murray aux fûts (batteur actuel des Thee Oh Sees, accueillis en mai 2013) et Mikal Cronin aux claviers sur un titre. Tout y est: harmonies vocales, riffs hallucinés et l'instantanéité pop.

EN White Fence's trippy, distortion-laced, psychedelic pop-influenced tunes (sounding, in other words, something along the lines of a warped cassette tape featuring the Left Banke or Merry-Go-Round) are the brainchild of Timothy Presley (also a member of the like-minded groups Strange Boys and Darker My Love). The project's self-titled debut was released on the Woodsist label in the spring of 2010. For the project's next release, 2011's White Fence Is Growing Faith, Presley didn't change much and the album followed the same sometimes goofy, always trippily tuneful template of the debut. Also in 2011, White Fence released a live cassette (Live in LA) on Teenage Teardrops and a single (Harness / The Pool) for Afterlife Records. Presley must have spent all his free time recording as well, seeing how the first half of 2012 was overrun with White Fence records. Family Perfume, Vol. 1 was released in April, Family Perfume, Vol. 2 was released in May, both by Woodsist, and a collaboration with fellow West Coast garage rocker Ty Segall, Hair, came out in April on Drag City.

 

For the Recently Found Innocent is White Fence's fifth album, the first White Fence album to be recorded outside the bedroom, the first White Fence record to be produced for Drag City. Plus also, it's the second time that Tim Presley and Ty Segall have met to record music (does anyone remember Hair?).

The album surges forth with a fresh set of elaborately crafted songs, harmony vocalizations and trippy guitar tones. The songs are alterna-hits which you'll surprise yourself playing on repeat. Collaborators Ty Segall and Nick Murray are handling the drums, Mikal Cronin plays piano on one song, while Presley does all the rest.

White Fence

« Si Ty Segall l’a poussé à clarifier son propos à l’aide d’une production sur mesure, Tim (Presley) n’a pas essayé pour autant de contenir ses chansons fuyantes, dont la beauté confuse est redevenue une source d’envoûtement. » - Magic, août 2014