CarréRotondes
MUSIQUE
CarréRotondes
ARTS DE LA SCÈNE
CarréRotondes
ARTS VISUELS
CarréRotondes
CIRQUE
CarréRotondes
WORKSHOPS
CarréRotondes
SOCIOCULTUREL
CarréRotondes
MARCHÉS
Les Rotondes proposent des manifestations dans les domaines des arts de la scène, des musiques actuelles et des arts visuels, ainsi qu’une offre importante de conférences, de projets participatifs et d’ateliers pour tous les âges. Défricheuses de nouveaux talents dans les domaines précités, ce lieu unique accorde une place importante aux jeunes, autant comme participants que comme public, et fait figure de centre d’expertise et d’incubateur d’initiatives nouvelles dans l’interface entre la culture et l’éducation ainsi que dans le milieu socioculturel.
 
Toggle intro
OUVERTURE ROTONDES

Dan Deacon

Domino Records (USA)

Sam 13.6.15 / 23:05
experimental electro-pop

Lieu: Rotondes, à Bonnevoie

FR La tête d'affiche américaine de la soirée 

Après avoir parcouru le monde et composé pour des orchestres classiques et le cinéma (en 2011, il réalise la BO de Twixt de Francis Ford Coppola), Dan Deacon s’est enfermé chez lui pour produire seul Gliss Riffer, nouvel album qui le voit retourner à ses premières amours : le sample. Il découpe, triture, superpose à sa guise sur des morceaux électro-pop jubilatoires aux rythmes frénétiques. L’univers rappelle fort celui du tant apprécié Spiderman of the Rings (2007) dans son esprit D.I.Y., aussi inventif que primitif. Au sujet de la réalisation du disque, Deacon parle d’une des expériences les plus jouissives de sa carrière, non seulement parce qu’il pouvait à nouveau travailler seul, mais avant parce qu’il a appris à mieux se connaître et être en phase avec lui-même pendant l’enregistrement. Learning To Relax est un titre lourd de sens, et, en quelque sorte, l’une des pièces maîtresses de Gliss Riffer. Plus sûr de lui, Dan Deacon s’affirme davantage comme chanteur, n’ayant plus besoin de de cacher sa voix en la modifiant à travers des effets audio en tout genre. Un morceau comme When I Was Done Dying est certainement le morceau sur lequel il se risque le plus à la mise à nu, même si les paroles demeurent cryptiques.

Dan Deacon
© Frank Hamilton